Page 1
Page 2
Page 3

Page 1
Page 2
Page 3
Ménine, qu’èi jo tabé vist lo menhic qu’es dens lo milhoc !
Evidemment, la barboteuse était bleue !
Perdue 18-12 à Toulouse. Ce club était déjà dans mon cœur depuis 1966. J’avais été marqué  par Pierre Albaladéjo, arcade ouverte contre Agen ou plutôt contre un pied d’appareil photographique et échouant pour la quatrième fois en finale. Tout petit déjà, lors de la finale landaise à Bordeaux, l’orage grondait fort et ma mère avait éteint le téléviseur neuf en plein match… Ma passion pour cette équipe naissait dans la douleur.
Pour les plus jeunes : le formica c’est ça !
Symbole du courage chez les Anciens.
Marsac
Tarn-et-Garonne
211 habitants
Pénurie de mecs dans le canton. Pour les mariages, je me retrouvais souvent flanqué de deux cavalières. J’adorais ça !
16 ans et déjà les couleurs de Dax sur le dos !
Bonne acné 1973!!!
C'est vraiment
le pif d'un copain
de l'époque !
Première fois que j’entendais du René-Guy Cadou …et en plus, mis en musique. Je venais de découvrir la poésie vivante.
Ca m’a vraiment fait rêver !
Le Houga – Gers
Arènes de courses landaises. Ici, pas de mise à mort !
Entraineur
US Le Houga football.
Théâtre
du Pied en coulisse
En pleine gloire littéraire (1931) il quitte Paris pour s’installer à la Tuilerie de Massane (Aude) Il y mènera une vie d’écrivain-paysan.
Catégorie Poussins.
Aujourd’hui, Basket au programme. J’encadrais également des stages organisés par un Grand Monsieur de ce sport, devenu entraineur de l’équipe de France féminine :
Alain Jardel
Cadrage-débordement.
Finaliste championnat de France Honneur
C’était pas terrible, mais j’y croyais !
Avec des musiciens…
le grand luxe quoi !
Site internet Gérard Meys
Inoubliables îles.
Un galion dans la forêt.
Site internet
40 en paires
Site internet Tempos
du Monde
Site internet Arrêt sur rivage
Site internet Chantons
sous les pins
Excellente acoustique pour les cuivres. Plus de 150 communes européennes participeront à Kiosques en Fête.
Site internet
La Parade
des cinq sens
Site internet Poésie Buissonnière
Public en liesse
Site internet Douchynoiseries
Site internet Conseil Général du Val-de-Marne
Avec
Gérard Meys
Site internet FestiVal-de-Marne
Escales
du
FestiVal-de-Marne
Levers de Rideau du
FestiVal-de-Marne
Premiers Pas
du FestiVal-de-Marne
Site internet exposition
Jean Ferrat
C’est quand même pas désagréable, homme de spectacle !
Cette passion qui anime …
Mon dernier tracteur …
à bout de souffle !
Site internet Véronique Pestel
Lien Page Laisser Courre
Lien Page
L appeau des mots
Lien Page Babels
Lien
Page Canis Bulle
Affiche pour salle mythique …et c’était le vrai Olympia, pas la copie !
Tournée japonaise.
Site internet
Chant des Artisans
Chanteuse engagée et belle humaniste.
Spéciale dédicace et bises à Emilie !!!
Site internet du festival Bogota al parque
J’ai du m’en débarrasser, laissait trop de traces de pattes sur le carrelage !
Pas galeuse du tout, celle-là !
147 vendus dont un à ma grand-mère après son opération de la cataracte.
Obsolète…mais quand même 7000 exemplaires à l’époque.
A mon compère Eric Mie qui sait tout sur Jean Richepin. www.ericmie.com
Pas de maquilleuses pour les petits budgets !
On c’est bien éclaté en faisant ça ! n’est-ce pas Jean-Pierre ?
J’ai vu la voiture de mes rêves en Uruguay …
J’ai fait mon pèlerinage jusqu’à la mer de Barents …peut-être un lointain ancêtre navigateur. Somptueux paysage au large du Groënland.
Site internet
AllezDax.com
Petit délice aux accents british…
Site internet Michel Sarran
le bonHeur est dans le pré
Dans les rues de Valence d’Agen, 1947
Période cigarettes roulées et besace en bandoulière.
Avant de capituler, je m’étais fâché grave avec l’Elu à la culture.
Dessin de Jacques Poustis
Site internet Patrick Verbeke
Site internet Pascal Lamige

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Je pousse mon premier cri alors qu’à l’Assemblée nationale les députés somnolent en séance ordinaire. Je grandis au début des années 60, niché dans cette campagne Gasconne qui s’étire entre Auch et Agen. Le banania fume dans le bol posé sur la vieille table en formica. Je rêvasse, mon petit fessier bien calé sur la chaise à pieds tubulaires. Dehors, les peupliers inexorablement déshabillés par des hivers mordants, hachurent la ligne d’horizon.
Dès l’âge de 5 ans, je colorie sans dépasser, mets le bois dans la cheminée sans me brûler, et coupe au ciseau à peu près droit. Le village de mon enfance respire au rythme des baptêmes, des mariages et des enterrements. C’est la ruralité profonde, les chambres glaciales, les cendres du matin et la rudesse des sentiments. Adolescent peu enclin à développer une importante floraison boutonneuse , je préserve ma petite glace de poche de ces jets blanchâtres, que mes camarades laissent eux sans vergogne, sur les miroirs de l’internat.
Je me surprends à verser quelques larmes en voyant l'US Dax perdre sa cinquième finale du championnat de France de rugby . Cette fois-ci c’est contre Tarbes. A cette époque je fréquente assidument Germinal le Dantec, chanteur et ex- pensionnaire du Café de la Gare à Paris, venu s’installer dans une ferme voisine. Mes yeux brillent devant Miou-Miou,  Coluche, Patrick Dewaere, Romain Bouteille…  réunis sur une même photo  jaunie. Première guitare, et premiers émois artistiques.
Un peu plus tard j’enfile quelques diplômes inutiles tout en évitant de me faire enfiler par l’armée, l’autoritarisme et les mauvaises odeurs du post-colonialisme. Je me forge un profil contestataire et m’implique fortement dans la vie d’un  village Gersois situé au cœur de l’Armagnac noir. Village dans lequel, je m’obstine à mêler sport et culture. Peu à peu ma pensée se dégèle au contact des mots d’Italo Calvino, Hugo, Aragon, Eluard, Char, Kérouac, Michaux, de Beauvoir, Sartre, Tahar ben Jelloun …des images de Costa-Gavras, Tavernier, Pasolini, Mordillat, Mehdi Charef …des peintures de Picasso, Combas, Chaissac du théâtre de Brecht, Vaclav Havel des ballets de Maguy Marin.
J’engloutis l’œuvre de Joseph Delteil, découvre Billie Holiday, Otis Redding et Jehan Jonas. Je ne manque jamais un spectacle de Jean-Paul Farré.
Je suis simultanément éducateur sportif, enseignant en éducation physique, animateur bénévole en foyers ruraux , et rugbyman passionné.
Ayant allègrement franchi la Garonne, puis la Loire, je débarque dans le Paris des années 85.
Sous l’égide de le Fédération Léo Lagrange, je deviens directeur-adjoint d’une maison de quartier et crée avec Pierre Meige et Jean-Luc Grelat – un authentique militant associatif et éducateur de rue – un lieu de spectacle vivant : Le Swing à Clichy-la-Garenne (9-2). Deux années qui seront la passerelle entre deux mondes que l’on oppose : la banlieue que je découvre et la campagne d’où je viens .
Je bricole quelques mots, m’essaie au dessin et persécute quelques instruments de musique :Trompette – héritage familial – guitare puis piano subiront mes assauts mélomaniaques.
Malgré tout, je donne vie à quelques chansons, en allant timidement les servir ça et là.
Mais c’est au Gerpil – rue Germain Pilon – cabaret où plane l’ombre de Bernard Dimey, que je vis les moments les plus intenses, sous l’œil attendri d’une poignée de travestis poudrés.
Puis le temps suspend son vol avec la rencontre de Gérard Meys. Il me prend sous son aile et émerveillé, je pousse la porte de cette famille que j’aime tant : Brel, Ferrat, Gréco, Fanon, Gainsbourg …
Le grand frisson.
Trois années d’apprentissage et une gratitude éternelle pour celui qui m’a tant appris.
J’arpente la France et un bout du monde. Les îles du Cap-Vert, encore vierges, m’offrent un concentré de chaleur humaine et de simplicité. Césaria Evora chante encore parfois à Mindelo. Le moment est maintenant venu de donner vie à ma propre structure professionnelle.
Dès 1990, avec le soutien primordial de collectivités territoriales ou d’associations enthousiastes, je me mets à créer des Festivals, tellement il me paraît injuste que le talent de certains artistes ne trouve pas le moindre halo de lumière. Naitront : Si Onnaing Chantait  ( Nord ) Noga’rues ( Gers ) Les Océaniques ( Landes ) Duos du monde ( Dordogne ) Chantons dans les vallons ( Gers ) 40 en paires ( Landes ) Chantons chanterelles ( Nièvre ), Les Tempos du Monde ( Landes ) Arrêt sur rivage ( Pyrénées-Atlantiques ) Chantons sous les Pins ( Landes ) Kiosques en Fête ( Europe ) La Parade des 5 sens ( Landes ) Chantons en chemin ( Eure-et- Loir ) Poésie Buissonière ( Yvelines ) Festival Découvertes ( Suisse ) Tire ta langue de ta poche ( en cours) Les arts twistent et les mômes piaffent ( en cours) Seul(es) mais pas désespéré(es) – à venir.
J’assure la direction artistique du Printemps Culturel ( Bergerac ) Jazz à Mennecy ( Essonne ) Salut les artistes à l’Olympia ( Michel Petrucciani, Smaïn, Le Grand Orchestre du Splendid …) Festival d'Energies de Soulac ( Gironde ). Je donne un coup de main pour les Douchynoiseries  ( Douchy-les-mines ) chères à l’ami François Derquenne, tout en collaborant avec Brian Thompson, à la création du festival L’air du Temps ( Boston - Etats-Unis ).
A l’initiative des élus du Conseil Général du Val-de-Marne, qui font de la culture une priorité, et dans le sillage de Gérard Meys, je participe à la mise en route du FestiVal-de-Marne.
Puis je le dirige à partir de 1993 . Parallèlement, et via le Festival, je développe les Escales et les Levers de rideau afin de donner un espace audible à des artistes en début de parcours. Les Premiers Pas viennent aujourd’hui compléter l’état d’esprit de ce dispositif. Une exposition consacrée à Jean Ferrat voit également le jour. Me voilà donc devenu  homme de spectacle, attentif au spectacle de l’homme, éditeur-producteur et exploitant agricole pour ne pas laisser mourir la petite ferme familiale. Au fur et à mesure que les manifestations s’installent, prennent des couleurs et de la vigueur, je forme ceux à qui je passerai le relais. Le partage du savoir me parait tellement essentiel .
C’est un formidable rempart contre le pouvoir, l’omnipotence et le manque d’humilité.
Aujourd’hui, les transmissions suivent naturellement leur cours.
Pour le FestiVal-de-Marne, c’est prévu  bientôt !
C’est à Bagneux que je rencontre Véronique Pestel. Son univers m’éblouit. Son humanisme m’étreint. Cela fait 20 ans et nous nous sommes jamais quittés. Je suis l’artisan-producteur de ses disques et  spectacles. Laisser-Courre en 1995 ( prix Adami- Académie Charles Cros ) L'appeau des mots en 1997, Babels en 2001, Canis Bulle en 2005 et le petit dernier La vie va, Rag, prévu pour Mars 2009.
Côté spectacles que j’ai pu produire, le bonheur d’un vrai Olympia en 1995 - merci Jean-Michel Boris – mais aussi Essaïon ( Paris ) Théâtre de 10 h ( Paris ) Théâtre de la Platte ( Lyon ) Espace Kiron ( Paris ) Sentier des Halles ( Paris ) Centre culturel Henri Desbals ( Toulouse ) Auditorium Saint-Germain ( Paris ) Théâtre de Poche ( Genève ) Théâtre Dunois ( Paris ) Théâtre de la Passerelle ( Limoges ) XXème Théâtre ( Paris ) Café de la Danse ( Paris ) …
Sinon, elle chante en France dans le réseau identifié ( Festivals, Scènes Nationales, Théâtres …) dans un autre qui l’est moins, et dans celui que nous fabriquons. Egalement, tournées en Russie, Belgique, Québec, Maroc, Espagne, Italie, Suisse, Luxembourg, Pays-Bas, Autriche, Allemagne, Pologne, Hongrie, Irlande, Ecosse, Roumanie, Tchèquie, Etats-Unis et très récemment Haïti et Japon.
Editeur d’une centaine de chansons, je crée en 1998, le Chant des Artisans. Ce catalogue a permis de diffuser environ 20 000 disques d’artistes marginalisés ou ignorés par les circuits de distribution traditionnels .
Je produis aussi le disque de Marie Coutant  A Vivre  et son spectacle au Théâtre des Déchargeurs ( Paris ). Patrick Verbeke et Véronique Pestel réunis en studio, enregistrent Mamie métisse… Un 3 titres collector !
Ailleurs, une activité fort intéressante commence à trouver sa place. Des Escales au Festival de la chanson Francophone à Dublin ( Irlande ) Un partenariat pour participer à la naissance du Mékong Festival à Vientiane ( Laos )
Poésie en vue, à la maison Victor Hugo de La Havane ( Cuba ) Partenariats également avec
Bogota al parque ( Colombie ) et l’Alliance Française de Buenos-Aires (Argentine).
De bien belles histoires en perspective…
Mais il me reste quand même du temps pour prendre soin de mes animaux :
une affectueuse brebis entourée d’une cour de coqs, poules et canards. Œufs frais et réveils matinaux garantis ! le vélo en forêt et l’odeur des pins sont  indispensables au bon déploiement de mes alvéoles pulmonaires, habituées dès l’enfance, aux vallons d’oxygène, et aux longues promenades solitaires au bord de l’eau.
Un peu de temps aussi pour l’écriture. Mots de tête ( éditions Dolphen ) Organiser fêtes et spectacles( éditions de l’Atelier ) Mes amis mots de compagnie ( éditions Phrases Tagada )
Le chantier ( non édité ) Cartes postales du Métropolitain ( non édité ) La nuit de Beaucaire
-nouvelle- ( non éditée ) Ecrits stridents ( en cours ) Les veillées artistiques de Plaisance ( en cours )
Une petite incursion du côté du Théâtre avec la création en 1980 du Théâtre du Pied en Coulisse.
Ecriture, interprétation et mise en scène de deux pièces originales : Taire Terre et Près du Parvis, les Pavés..Egalement, adaptation et mise en scène du Roman de Renart.
Création avec Jean-Pierre Bertomère, de l'exposition Mots mis sur planches.
Quelques chansons écrites, dont certaines enregistrées, des papiers pour la presse au gré des colères et des plaisirs, un projet de disque avec l’ami généreux Pascal Lamige  et le truc du moment qui me titille vraiment : un travail vocal assidu pour tenter un opéra. Pour être précis, un opéra court pour fonds de cour et mobilier de jardin.
Bon , tout cela s’assemble, se ressemble et se rassemble. Je vous ai énormément parlé de moi.
Sachez que rien, je dis bien rien, n’aurait été possible, si je n’avais pas fait ces rencontres humaines, si je n’avais pas croisé sur ma route ces êtres merveilleux, qui m’ont tant apporté et que j’aime profondément. Je pense à mes proches, à toutes celles et ceux avec qui j’ai pû partager mes passions et donner vie à tous ces projets.
Titulaire du permis VL, Assurance tout risque et bris de glace.
J’aime beaucoup voyager et parle très mal Anglais. J’ai d’ailleurs de très mauvais rapports avec cette langue dominatrice. Ca ne m’empêche pas d’adorer leur humour.
Je parle espagnol et j’adore ça . Latin quoi !!!
Quoique ? je suis un mélange scandinavo-hispano-gascon.
Je prends beaucoup de plaisir à planter des arbres et à les regarder prendre leurs aises au fil du temps.
Je fais tout pour ne pas râter un seul match  de US Dax-Rugby-Landes
J’aime le Chianti au coucher du soleil, et d’autant plus si c’est en Toscane !
Je n’échangerai pas mon oeuf à la coque contre le meilleur caviar de la Baltique mais pour vous tournebouler les papilles, je vous conseille vivement le copain Michel Sarran.
Les deux grands H, qui servent de poteaux à nos rugbymen, ont marqué mon existence.
Ils continuent de signifier très fort Humanisme et Humilité.
J’ai un besoin impérieux de mettre mes mains dans la terre …comme un fils de paysan, conscient d’où il vient, et certain qu’il y retournera.
A toi papa, le seul paysan–poète musicien que j’ai connu …et à tous ceux qui préfèrent la poésie sur la distance, au profit dans la minute.

57 rue du général de Gaulle
40130 Capbreton
Tél : 05 58 77 84 22 / 06 80 20 50 28
Mail : prod.jcbarens@gmail.com